Liens vers les pages web anciennes du KKE

Les sites internationaux du KKE sont déplacés progressivement à un nouveau format de page. Vous pouvez trouver les versions anciennes des pages déjà mises à jour (avec tout leur contenu), en suivant ces liens.

Communiqué du Bureau de presse du KKE

L'accord sur le gazoduc "East Med" n'apportera uniquement que des nouveaux dangers pour les peuples

Selon le communiqué du bureau de presse du KKE, l'accord sur le gazoduc "East Med" n'apportera uniquement que des nouveaux dangers pour les peuples

 

Il précise que "sous la supervision américaine, l'accord entre les gouvernements de Grèce - Israël - Chypre et peut-être de l'Italie, concernant le gazoduc" East Med "pour le transport du gaz naturel de la Méditerranée orientale vers l'Europe, servira les géants de l'énergie et les plans impérialistes mais n'a aucun lien avec les intérêts de notre peuple et des autres peuples de la région.

 

Les agissements du gouvernement pour affronter les inacceptables revendications de la Turquie sur la Méditerranée orientale, compliquent encore plus la situation déjà tendue qui conduit le pays et le peuple vers de grandes aventures. Ils renforcent même l'implication de notre pays dans les plans atlantistes visant ainsi à réduire la dépendance énergétique de notre pays de l'UE et des Balkans occidentaux du gaz russe, dans le cadre de la "guerre énergétique" menée sur le sol européen entre les USA et la Russie et l'Allemagne. Ils impliquent également notre pays dans le conflit pour les droits souverains de la Méditerranée orientale entre Israël, le Liban et l'Autorité palestinienne.

 

De même, nous soulignons que le gouvernement de la Nouvelle Démocratie qui suit absolument la politique inacceptable de Syriza, conclut ainsi un accord sans l'avoir précédé de la proclamation de la ZEE, un acte qui fait partie de la politique de promotion de la co-exploitation par le biais de l'arbitrage de La Haye.

 

La trompeuse complaisance du gouvernement et des autres partis bourgeois ne doit pas passer.

 

La participation de la Grèce à l'un ou l'autre gazoduc énergétique, en faveur des intérêts des grands groupes financiers et des convoitises géostratégiques, n'a pas produit et ne rapportera pas d'avantages aux travailleurs, comme la participation au pipeline TAP l'a démontré. Les grands groupes impliqués dans la construction et la gestion du gazoduc en bénéficieront. Le peuple, qui paie déjà beaucoup de "taxes" énergétiques, continuera à vivre la précarité énergétique, à payer très cher pour ses besoins. Les risques pour l'environnement marin liés aux plans d'exploitation minière et de transport préoccupent déjà la justice y compris en Israël.

 

Les plans mis en place avec Israël, l'Égypte, Chypre ou d'autres États, avec la participation des États-Unis et de la France, ouvrent la voie à une escalade de l'agressivité turque pour une "compétition" des grands intérêts. Le renforcement de la présence américaine en Méditerranée orientale promu par la loi américaine du "East Med Act", alimente le cercle vicieux des rivalités impérialistes.

 

Les développements de la période écoulée concernant Chypre et la Libye, sont instructifs pour tous ceux qui continuent encore à croire que l'implication de la Grèce dans les plans impérialistes américains et israéliens pourrait être un bouclier pour la défense de la paix et des droits souverains face à l'agression de la bourgeoisie turque.

 

L'accord sur le gazoduc "East Med" fait partie de la "dot" qu'emmenera M. Mitsotakis à sa rencontre avec Trump aux États-Unis et qui aboutit à de nouveaux engagements dangereux au service de l'impérialisme US-OTAN, comme cela a été prouvé, durant le gouvernement syriza par l'accord gréco-américain relatif aux bases transformant la Grèce en une base militaire et une cible militaire lors d'une éventuelle confrontation militaire générale dans la région.

 

Le peuple doit tirer les bonnes conclusions et, ensemble avec le KKE, intensifier sa lutte contre la politique anti-populaire qui donne tout au capital, abolit les droits et engage le pays dans des desseins impérialistes, pour élaborer les conditions afin qu'il devienne propriétaire des richesses qui sont produites et utilise les ressources d'énergie pour ses propres besoins.»
 
 
2/1/2020