Liens vers les pages web anciennes du KKE

Les sites internationaux du KKE sont déplacés progressivement à un nouveau format de page. Vous pouvez trouver les versions anciennes des pages déjà mises à jour (avec tout leur contenu), en suivant ces liens.

L'accord entre la Grèce et les États-Unis sur les bases militaires s’est fait abîmé à l'intérieur et à l'extérieur du Parlement

L'accord stratégique honteux entre la Grèce et les États-Unis a été débattu en session plénière du Parlement grec jeudi 30/01/20 ; un accord qui étend et élargit les bases militaires américaines dans le pays, afin qu'elles puissent être utilisées comme un tremplin militaire à plusieurs niveaux pour les assassins des Etats-Unis et de l'OTAN, transformant en même temps le pays en un cible des compétitions intra-impérialistes.

Les MPs du KKE ont dénoncé l'accord, soulignant qu'il est un lien crucial pour une implication plus profonde de la Grèce dans les guerres et les interventions impérialistes, mettant le pays et le peuple en grand danger.

Le KKE a demandé son retrait, appelant le peuple à intensifier sa lutte contre les planifications dangereuses.

S'exprimant sur le podium du parlement, Dimitris Koutsoumpas, SG du CC du KKE, a noté:

«Vous dites sans honte: ‘Plus nous avons de bases, plus les obstacles à l'agression turque sont grands!’ Si tel est le cas, comment est-il possible qu'au cours des trois dernières années où ‘l'empreinte américaine’ en Grèce ait effectivement augmenté, que l'agression turque n'a cessé d'augmenter et de s'intensifier? Vous ne savez pas que l'OTAN ne reconnaît pas les frontières de la mer Égée? Vous ne savez pas que les États-Unis, l'OTAN et l'UE ont pratiquement légalisé l'invasion et l'occupation de la Turquie de l'OTAN à Chypre depuis tant d'années? Voyez-vous autre chose que toutes leurs aspirations au forage illégal de la Turquie dans la ZEE chypriote? Vous prétendez ne pas savoir: la provocation et l'agression turques sont fermement soutenues par l'OTAN».

Et il a poursuivi: «Vous dites encore: "L'Accord est défensif "... Qui plaisantez-vous? Même les jeunes enfants savent aujourd'hui que les États-Unis ont les plans les plus agressifs, pour contrecarrer les plans de leurs concurrents, la Russie, la Chine, l'Iran. Ces plans puent la poudre à canon, comme celui qui est utilisé depuis des années en Syrie, en Irak, en Afghanistan, en Libye (...). »

«Vous nous dites aussi:« Les bases protègent la Grèce ». Cependant, l'autre côté de la transformation de la Grèce en un vaste camp militaire américain et de l’OTAN est tout ce que vous cachez au peuple grec. Pourquoi ne leur dites-vous pas ouvertement ce que disent les responsables russes, ou récemment, les responsables iraniens: Que les bases américaines et de l'OTAN, n’importe où qu'elles existent, c’est-à-dire en Grèce inclus, sont la cible des représailles. (...)

 

Les bases de l'OTAN ne protègent pas. Au contraire, ils font de notre pays, du peuple grec, une cible. Le peuple grec est à la fois ciblé et payant. Avec plus de 4 milliards d'euros par an provenant de nos poches pour les besoins de l'OTAN, vous présentez l'accord d'aujourd'hui et vous libérez l’OTAN de toute obligation de payer pour l'atterrissage, l'amarrage ou même les améliorations de la base. »

Sur l'argument du gouvernement selon lequel "nous recevons le savoir-faire technique américain pour les forces armées grecques", D. Koutsoumpas a commenté dans son discours: «Nous voyons autre chose: vous fournissez du matériel militaire et du personnel des forces armées en Arabie Saoudite sous la responsabilité du gouvernement! Vraiment, quels droits souverains de la Grèce sont en jeu à Riyad et dans les déserts de l'Arabie saoudite?

Fournir une frégate grecque pour les patrouilles dans le détroit d'Ormuz alors que la participation du personnel des forces armées grecques en Libye est prévue? Et vous le faites tous, ceux de l'arc euro-atlantique. Puisque même SYRIZA exhorte le gouvernement à trouver -comme il dit- la bonne formule pour envoyer des forces en dehors de nos frontières, tant que cela est sous l'égide officielle de l'ONU, de l'UE ou même de l'OTAN! Et tout cela au nom de "la gauche et du progrès", continuant à dénigrer les valeurs et les idéaux militants. »

 

D'énormes rassemblements contre l'Accord

À Athènes, Thessalonique et dans des dizaines d'autres villes grecques, les syndicats de classe, les organisations de masse et le Comité grec pour la détente et la paix internationales (EEDYE) ont simultanément organisé d'énormes rassemblements contre l'accord.

À Athènes, le rassemblement a eu lieu devant le Parlement, suivi d'une marche vers l'ambassade américaine.

Nikos Papanastassis, lieutenant-colonel (retraité), membre du Conseil national de l’EEDYE et membre du KKE, a pris la parole lors de la réunion, ainsi que Giota Tavoulari, présidente de la Fédération des travailleurs de l'industrie pharmaceutique et membre du secrétariat exécutif du Front Militant des Travailleurs (PAME).

Dimitris Koutsoumpas était parmi les manifestants, après être sorti du Parlement, tandis qu'une importante délégation du Comité central du KKE a participé à la mobilisation.

 

Simfonia


Le KKE a voté contre

Enfin, avec 175 voix pour, 33 contre et 80 «abstentions», l'accord stratégique gréco-américain a été ratifié par le Parlement. Le KKE a voté contre, tandis que l'accord a été voté par le parti gouvernant de la ND et par le PASOK / KINAL social-démocrate. La position de l'ancien gouvernement social-démocrate SYRIZA était hypocrite, étant le parti qui avait préparé l'accord lors qu'il était au gouvernement, maintenant, multipliant et élargissant les bases militaires américaines. SYRIZA a maintenant voté "abstention", arguant que le gouvernement aurait dû obtenir un meilleur "échange" avec les États-Unis. Les membres du parti d'extrême droite «Solution hellénique» ont voté contre, sur la même logique des «échanges», ainsi que le social-démocrate MeRA25 avec son argument pacifiste inutile sur l'humanisation de l'impérialisme. _

 

 

31.01.2020